La gestion des déchets : un problème de service public

La gestion et le tri des déchets sont des enjeux essentiels du développement durable et nécessitent aujourd’hui des hauts niveaux d’organisation et de technologie c’est pourquoi les communautés de communes ont délégué cette compétence à des syndicats intercommunaux créés à cet effet comme, pour nos territoires, le SICTOM du Marsan (Syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères)

La mise en place du nouveau système de collecte des ordures ménagères suscite cependant aujourd’hui de nombreux débats et de vifs mécontentements. Elle apparait comme une régression du service public alors que la taxe sur les ordures ménagères tend à augmenter. Auparavant dans le centre de Roquefort, chacun déposait ses ordures devant chez lui où un camion les ramassait. Depuis quelques mois, des bacs avaient été placés dans des lieux où chacun pouvait accéder à pied. Depuis le 16 décembre 2019, il faut porter ses ordures dans des points de collecte disséminés dans la ville ce qui contraint un nombre non négligeable d’usagers à utiliser un véhicule ce qui entre en contradiction avec les politiques de lutte contre le réchauffement climatique.

De nombreuses personnes âgées habitent le centre de Roquefort et n’ont pas de moyens de locomotion, comment doivent-elles faire ? Appartient-il aux agents du CIAS d’assurer le ramassage pour ces personnes avec leurs véhicules personnels ? Le Sictom n’apporte pas de réponse et, une fois de plus, les personnes en difficultés ont le sentiment d’être les victimes des mauvaises politiques publiques.

Beaucoup d’habitants se plaignent qu’il n’y a pas eu de concertation. Certes, mais souvent les concertations arrivent quand les décisions sont déjà prises. Nous pensons que pour tous les sujets qui concernent la vie quotidienne, les habitants doivent être associés dès les études préalables et que leur point de vue doit être sollicité et pris en compte à toutes les phases du projet.  C’est le sens de la démocratie participative que nous voulons instaurer à Roquefort et la meilleure garantie d’un service public à la hauteur des besoins de la population.

En attendant nous souhaitons que le Sictom étudie attentivement la question du ramassage dans les points où elle pose problème, en lien avec les élus et les habitants.